Sclérodermie systémique et ulcères digitaux : le tabac est un facteur aggravant.

Jusqu’ici le lien entre ulcère digital et tabac au cours de la sclérodermie n’était pas démontré par les études publiées. Le groupe canadien de recherche sur la sclérodermie a mené une enquête tabagique chez 606 de leurs patients. Il s’agissait d’un auto-questionnaire. 

L’analyse statistique s’est faite en régression multiple selon les différentes manifestations cliniques de la maladie, vasculaires, digestives ou respiratoires.

Le statut tabagique a été modélisé en 3 variables : actuelles, passées ou jamais. 
Parmi les 606 patients sclérodermiques, il y avait 87% de femmes, l’âge moyen était de 55 ans, la durée moyenne de la maladie était de 11 an, 36% avaient une forme cutanée diffuse. Parmi ces patients, 16% étaient des fumeurs actuels, 42% des anciens fumeurs et 42% n’avaient jamais fumé. 
L’analyse en régression multiple a permis de retrouver une association significative avec la sévérité du phénomène de Raynaud, la présence d’ulcères digitaux, de nécrose ou d’amputation. Il y avait aussi une association significative avec la sévérité des symptômes gastro-intestinaux, le pyrosis et aussi la sévérité de l’essoufflement à l’effort.

Hudson M et coll.  Arthritis Rheum. 2011;63(1):230-8.