Absence de progression radiographique avec réparation occasionnelle des érosions malgré une inflammation persistante chez des PR traitées par adalimumab. Etude à long terme avec évaluation par radiographie, échographie, TDM et IRM.

L’objectif de cette étude était de monitorer l’inflammation et la destruction articulaire au cours de la PR chez des patients recevant l’adalimumab (ADA) et MTX en utilisant RX, échographie (US), TDM et IRM. 52 PR naïves aux biothérapies ont été suivies par une évaluation répétée par IRM, US, TDM et Rx (0, 6 et 12 mois) alors qu’un traitement associant MTX et ADA a été instauré.

Globalement, aucune progression ou réparation des érosions n’a été observé à 6 et 12 mois bien qu’il y ait eu des « progresseurs » et des « réparateurs ». Les scores IRM ont significativement diminué à 6 et 12 mois comme c’était le cas pour le DAS, le HAQ et le compte des articulations douloureuses et gonflées. Les patients qui ont progressé à la TDM étaient ceux avec un score IRM élevé au départ avec un important œdème. Le RR de progression à la TDM en fonction de la présence initiale ou non de l’œdème IRM était de 3,8 (1,15-9,3). En prenant la TDM comme méthode de référence pour la détection des érosions des MCP, la sensibilité/spécificité des autres méthodes étaient : 68%/92% (IRM), 44%/95% (US),  26%/98% (RX).

Les auteurs concluent que pendant le traitement par ADA/MTX, il n’y avait pas de progression ou de réparation radiographique des érosions. Alors même qu’il y avait des cas de réparation observés, les synovites sur l’IRM ou les US diminuaient. L’inflammation sur l’IRM et l’échographie et notamment l’œdème osseux sur l’IRM étaient prédictifs de la progression des érosions sur la TDM.

 

IRM A à C et échographie D à F (avant, à 6 et 12 mois) de la 2eme MCP. On constate la réparation de l’érosion chez ce patient.

Dohn UM et al. Ann Rheum Dis 2011; 70: 252-258 originally published online October 26, 2010