Les tendinopathies représentent 30 % à 50 % des complications musculosquelettiques imputables à la pratique sportive. Il est fréquent qu’elles passent à la chronicité et leur prise en charge thérapeutique dans ce cas devient plus délicate. L’injection in situ de plasma enrichi en plaquettes (PEP) constitue une option thérapeutique nouvelle des tendinopathies. Sur le plan du mécanisme, elle agirait sur le tendon par le biais de la libération de facteurs de croissance entrainant un processus de régénération tendineuse. Bien que cette technique soit actuellement de plus en plus prisée, son niveau de preuve reste très faible.

La goutte a toujours été considérée comme une maladie de l’homme, mais de nouvelles données suggèrent une fréquence considérable de la goutte chez les femmes âgées (jusqu'à 5% des femmes de plus de 70 ans). En outre, le fardeau croissant de la goutte aux États-Unis au cours des dernières décennies (incidence annuelle de 16/100 000 en 1977 vs 42/100 000 en 1996) a coïncidé avec une augmentation substantielle de la consommation de boissons et de fructose.

La communauté rhumatologique et les patients arthrosiques sont toujours en attente d’une biothérapie efficace dans l’arthrose. Plusieurs pistes sont en cours d’exploration dont celle du facteur de croissance nerveuse NGF. En effet, l'expression accrue du NGF dans les tissus endommagés ou siège d’une inflammation est classiquement associée avec une exacerbation de la douleur. Cette étude dans la revue prestigieuse du NEJM a été conçue pour étudier la tolérance et l'efficacité antalgique du tanezumab, un anticorps monoclonal humanisé qui se lie et inhibe le NGF.

Le Spleen tyrosine kinase (Syk) est un important médiateur de la signalisation intracellulaire présent dans la synovite de la polyarthrite rhumatoïde. Le R788 (fostamatinib disodium) est un inhibiteur sélectif de la SYK Kinase, administré par voie orale. Il a démontré sa supériorité dans la PR par rapport au placebo dans une étude antérieure (ClinicalTrials.gov number, NCT00326339).

Les données antérieures sur le coût de l’ostéoporose et des fractures ostéoporotiques aux USA reposaient sur les chiffres fournis par les registres des assurances. Ainsi, se basant sur un échantillon aléatoire et randomisé d’une population âgée, le coût médical de l’ostéoporose aux USA a été estimé à 22 milliards de dollars en 2008.

Les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde ( PR) ont un risque élevé d’infections. Ce risque est augmenté par la maladie en soi et aggravé par les traitements immunomodulateurs utilisés pour sa prise en charge. La complication infectieuse est l’une des causes fréquentes de surmortalité dans la PR.

Peu de données sont disponibles concernant l’effet des anti TNF vis à vis de l’évolution clinique de la spondylarthrite ankylosante (SPA). Cette étude avait pour but d’évaluer l’effet de ces traitements à partir de l’évolution des indices cliniques et fonctionnels les plus utilisés dans la SPA : BASDAI (Bath ankylosing spondylitis disease activity index) et BASFI (Bath ankylosing spondylitis functional index).